Science-fiction | dystopie | cyberpunk
Onyx

Jusqu'où iriez-vous pour sauver votre famille ?

Montélac : ville tentaculaire encerclée de terres en déclin où le chaos règne. Une alliance de cinq corporations dirige la cité, chacune d’elle gérant l’une des branches de la vie des citoyens.

Biochimiste, Liah travaille pour Syne Solutions, la firme dédiée à la santé. Son salaire reste le dernier rempart pour empêcher ses parents, désormais sans travail, de se retrouver chez les Exclus : de l’autre côté du mur.

Quand l’Onyx, une mystérieuse drogue qui ralentit la perception du temps et plonge dans un coma fatal ceux qui en abusent, entraîne les siens dans le drame et remue un passé trouble…

Au pied du mur, les Brigades du Réveil, terroristes notoires, l’approchent et lui offrent de l’aider en échange de renseignements.

Comment sa famille se retrouve-t-elle mêlée à ces histoires sordides ? Pourquoi tout le monde semble-t-il s’intéresser de si près à ses recherches ?

Avis

Ce que les lecteurs en disent...

citation
profile-pic
Alex_Love_Books

Des personnages attachants

Au niveau des personnages, on suit principalement Liah, une jeune chimiste qui travaille d’arrache-pied pour obtenir une promotion. Avec de telles ambitions, notre héroïne dévoile un caractère bien trempé. J’ai beaucoup aimé que Sealeha n’utilise pas ce prétexte du fort tempérament pour faire de Liah une nana ultra badass, limite parfaite comme on en voit si souvent. Bien au contraire, la jeune femme peut être agaçante. Je n’étais pas toujours d’accord avec elle mais je l’ai trouvée nettement plus attachante ainsi. Il lui arrive aussi d’avoir la frousse, notamment devant de toutes petites souris, ou encore d’être en colère ou triste. En bref, Liah ne reste pas d’humeur égale, elle possède des qualités comme des défauts. Elle nous rappelle quelqu’un que l’on connait, ce qui la rend plus tangible et aide le lecteur à s’immerger dans l’histoire.

Les autres personnages sont également très bien construits. C’est le cas de Naïm, un homme important dans ce récit, que l’on rencontre rapidement mais sur lequel je ne dévoilerai rien ? Une fois de plus, je me suis attachée à ce protagoniste qui m’a pourtant pas mal énervée. Naïm ne prend pas toujours des décisions justes et se mêle souvent de ce qui ne le regarde pas. Pour autant, on ne peut pas lui en vouloir car il défend de belles valeurs et pense à l’intérêt collectif plutôt qu’à celui de l’individu.

En terme d’intrigue, ce premier tome est un savant mélange entre mise en place du décor et enquête. La combinaison fonctionne bien. Le rythme est maîtrisé, j’ai passé un bon moment en compagnie de Liah. Même si on devine facilement certaines révélations, le récit reste prenant et l’on a envie de poursuivre l’aventure. De façon générale, cette histoire se lit avec facilité et fluidité. Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire Paradis Artificiel, une nouvelle qui se déroule dans le même univers, il va falloir que j’y remédie !

profile-pic
Rêveur

Quand faut-il commencer à résister ?

Voilà une jolie et un peu effrayante dystopie. Dans un monde où tout est connecté, où tout se sait… A-t-on encore le droit de ne pas être d’accord ? A-t-on, malgré tout, le droit aussi d’avoir des rêves, de faire carrière, d’avoir une bonne situation, d’être reconnue, de vouloir s’insérer dans la société… comme le demande tout simplement Liah ?
Peut-être… mais jusqu’où est-il possible de jouer le jeu ? Faut-il être touché dans sa chair, dans sa famille pour se dire que, peut-être, les apparences ne sont pas ce qu’elles sont ?
Qu’il peut être lourd le prix à payer si on veut aller jusqu’au bout ! Les résistants, les brigades du Réveil, qualifiés de terroristes comme il se doit par le pouvoir en place, sont plus proches d’elle que Liah l’imagine.
Sealeha écrit bien. Le suspense est bien mené, les personnages sont pris dans des émotions complexes, confrontés à leurs propres valeurs… L’univers est très visuel, témoignant d’une écriture punchy et addictive, influencée par les mangas, les jeux vidéo et les films de SF. En tous cas, moi, j’en redemande.

profile-pic
L A

Un premier tome prometteur, qui donne envie d'en découvrir davantage !

Onyx, c’est avant tout l’histoire de Liah, et son cheminement vers la vérité, celle qu’elle refuse de voir car trop horrible. Le rythme est assez soutenu, les révélations et les retournements de situation s’enchaînent au fil du récit, on ne s’ennuie pas un instant !
On suit principalement deux personnages, assez opposés dans leur vision du monde, mais on sent qu’ils se ressemblent plus qu’ils ne se l’imaginent.
Tous les ingrédients du cyberpunk sont réunis : entreprises tentaculaires qui dirigent le monde, esthétique particulière, technologie qui emprisonne les gens plutôt que de leur rendre service… C’est une immersion agréable… dans un monde désagréable !

profile-pic
SAINTFORT

Univers très visuel

Bonjour à toutes et à tous,
Voici mon retour sur Onyx : les Brigades du Réveil Tome 1 que j’ai beaucoup apprécié.
Voilà une jolie et un peu effrayante dystopie. Dans un monde où tout est connecté, où tout se sait… A-t-on encore le droit de ne pas être d’accord ? A-t-on, malgré tout, le droit aussi d’avoir des rêves, de faire carrière, d’avoir une bonne situation, d’être reconnue, de vouloir s’insérer dans la société… comme le demande tout simplement Liah ?
Peut-être… mais jusqu’où est-il possible de jouer le jeu ? Faut-il être touché dans sa chair, dans sa famille pour se dire que, peut-être, les apparences ne sont pas ce qu’elles sont ?
Qu’il peut être lourd le prix à payer si on veut aller jusqu’au bout ! Les résistants, les brigades du Réveil, qualifiés de terroristes comme il se doit par le pouvoir en place, sont plus proches d’elle que Liah l’imagine.

Sealeha écrit bien. Le suspense est bien mené, les personnages sont pris dans des émotions complexes, confrontés à leurs propres valeurs… L’univers est très visuel, témoignant d’une écriture punchy et addictive, influencée par les mangas, les jeux vidéo et les films de SF. En tous cas, moi, j’en redemande. Bravo Sealeha !

profile-pic
Luc

Thriller futuriste glaçant

Dans une société futuriste (mais qui ne semble pas tellement lointaine), une Alliance de 5 entreprises a pris le pouvoir, chacune d’elle gérant une des branches de la vie des citoyens. Liah Castello est fière de travailler pour Syne Solutions, la branche santé de l’Alliance. Et peu lui importe que la société maintienne hors de son enceinte les classes sociales défavorisées – les Exclus, et n’y parque aussi les citoyens présentant des mutations génétiques – les Dépistés. Liah veut faire carrière, et le système le lui permet, si elle travaille dur et suit les lois. Mais voilà, un événement fortuit va interférer avec ses plans, et la confronter à la révolte souterraine qui gronde contre l’Alliance : les Brigades du Réveil, qui veulent éveiller la conscience des citoyens.
Onyx est une dystopie, mais la technologie des implants neuronaux ou l’immersion ludique virtuelle totale, tels qu’ils sont décrits, semblent très proches de notre présent. Quant à la puissance des multinationales… Chacun jugera du degré de fiction pure. Ces éléments rendent le récit encore plus crédible et glaçant. L’écriture est fluide, les personnages ne sont pas manichéens. Un bon thriller futuriste qui se lit d’une traite, en attendant la suite !

profile-pic
Mélanie Bonnot

Presque un coup de coeur !

Nous sommes clairement à la limite du coup de cœur. Cette saga s’avère très prometteuse.

L’auteure nous entraîne dans un univers futuriste où derrière les hologrammes avenants se cache une sombre réalité. L’intrigue est particulièrement bien menée et le rythme haletant. Ce dernier permet tout de même aux lecteurs d’intégrer toutes les informations nécessaires. Elles sont nombreuses mais aisément assimilables grâce aux descriptions brèves et concises.

Lorsque l’on désire se frotter au genre cyberpunk, la difficulté réside dans la création d’un parfait alliage entre les technologies futuristes et le réalisme d’un avenir proche. Avec ce roman, le pari est tenu. Je ne peux que féliciter Sealeha pour ce roman addictif.

Dans un style et un vocabulaire légèrement soutenus, tout en restant largement abordables au grand public, nous suivons Liah dans une enquête aux multiples rebondissements. La fluidité est telle que cette saga pourrait sans difficulté se voir adaptée au cinéma. Je conseille vivement de glisser cet ouvrage entre les mains des adolescents et jeunes adultes de votre entourage.

A mon sens, les personnages sont parfaits. Chacun possède une personnalité d’une véridicité saisissante. C’est d’ailleurs un gros point fort de ce récit, la justesse. Tous les éléments se trouvent à leur place, rien n’est en trop et rien ne manque.

Ne vous fiez pas aux apparences, ce livre n’est pas seulement une histoire de complot, de terrorisme, etc. C’est aussi une profonde remise en question sur notre société et ses intérêts, nos modes de vie confortablement formatés, l’engourdissement de nos cerveaux par la propagande médiatique. Sans se montrer moralisatrice, l’auteure nous invite à nous questionner sur nos prises de décisions, leur sens et surtout leurs conséquences. Ainsi qu’à réfléchir au jugement que nous portons sur le choix des autres. Qui a raison ou tort ? Personne ne peut affirmer connaître la réponse à cette question.

La fin clôture l’intrigue tout en laissant une ouverture dosée en suspense. Evidemment qu’il reste des sujets à approfondir et des questions sans réponse, et c’est parfait pour nous faire languir le prochain tome.

profile-pic
David

Super !

J'aime vraiment beaucoup ! C'est hyper agréable à lire, le scénario est très intéressant, bien construit ! J'aime comme sont amenées certaines situations, j'aime l'histoire et comme sont dépeints les personnages, j'aime les valeurs qui sont prônées. J'aime tout !
Dans la période que l'on vit, je trouve que c'est une lecture qui fait du bien! C'est léger à lire et en même temps profond! Par le thème, très d'actualité. Par les réflexions que ça suscite. Les graines que ça sème !
Bravo, autrice talentueuse, elle sait raconter des histoires. J'ai passé un super moment avec Naïm, Liah et Xav! Le tome 2 est commandé, j'ai hâte de lire la suite !!

profile-pic
auchapitre

SF mêlée à du thriller

J'ai passé un bon moment avec cette lecture. L'univers de SF/dystopie est bien construit et intéressant à découvrir.

Je trouve que le roman correspond très bien aussi au genre du thriller parce qu'on est sur une enquête sur fabrication de stupéfiant, espionnage industriel, etc. C'est un très heureux mélange des genres à mon avis. Cependant, je n'aime personnellement pas vraiment les thriller. Je n'étais ainsi pas le public parfait pour ce roman et c'est pour cela que j'ai pas complètement accroché. Je trouve que le résumé ne laisse pas assez transparaitre le côté thriller de l'histoire et c'est dommage, car il n'attirera ainsi pas les amateurs du genre qui pourraient beaucoup aimer cette lecture.

Même si l'intrigue ne tombait pas parfaitement dans mes goûts, elle est bien construite. J'ai eu un peu de mal au début à assimiler toutes les caractéristiques de l'univers et à comprendre qui est qui, car il y a tout de même beaucoup de personnages. Ce qui m'a vraiment plu, par contre, c'est qu'on retrouve parmi la bande de jeunes des personnages dans la cinquantaine. C'était une excellente idée d'ajouter cette variété dans la brochette de personnages.

Au final, cette lecture ne tombait pas tout à fait dans mes goûts, mais elle pourra assurément plaire à ceux qui aiment la SF mêlée au thriller et à l'enquête.

profile-pic
Maritza

Ouvrage particulièrement rassasiant et intéressant

4,8 / 5 pour cet ouvrage particulièrement rassasiant et intéressant.
Nous faisons la connaissance de Liah, puis dans le chapitre suivant de Naïm, et on comprend vite qu’une alternance se jouera, après tout, ils sont les principaux acteurs de cette histoire. Pas mal d’éléments les relient, entre Xav, Manon, et aussi finalement certaines valeurs morales. Pas (encore ?) d’histoire d’amour entre eux, on verra pour la suite. Naïm fait partie des Brigades, Liah, une scientifique de Syne Solutions, ne supporte pas ceux qu’elle appelle des terroristes. Ambitieuse, elle veut aider les autres, gravir les échelons de l’entreprise et rêve de bosser avec le professeur Allard, le nec plus ultra de la recherche.
Cependant, quand Liah apprend que sa mère a fait une overdose, que les Brigades la contactent, elle s’interroge. Et n’est pas au bout de ses surprises. Tout ce qu'elle croyait connaître va être chamboulé.

Ce premier tome nous présente une ville, un laboratoire, des expériences, la résistance à un pouvoir en place qui n’en a rien à faire des « Exclus » et des personnages qui sont loin de se laisser faire !

Côté univers, on respecte le code du genre, et on va au-delà, appréciable pour un tome 1. Rien que les thèmes brassés, à l’exception des habituels comme le virtuel, les « améliorations », les I.N.I qui vous assistent, on parle des relations père-fille (oui j’ai bien mis au pluriel !), de la science, des sacrifices, des limites… Où s’arrête notre boussole morale, par exemple ? Dans un monde avec ses traditions, ses fêtes, ses lois.
Je suis presque frustrée de ne pas avoir assez de visuels. Montrez-moi encore plus de plans de la ville ! Même juste le jeu auquel Liah joue ?

Côté histoire, on commence avec un trafic de drogues, les Croix bleues, puis on s’enfonce dans les profondeurs de Montélac, et sans spoiler, on va de révélation en révélation. Liah ne saura pas sur quel pied danser ou plutôt quel camp rejoindre ? N’y a-t-il aucun traître chez les Brigades ? Qui a tort ou raison ? C’est assez imprévisible, pour mon plus grand plaisir.

Côté personnage, Liah, qui vit en colocation avec deux amies, est parfois bornée, naïve, mais reste ambitieuse et profonde, surtout dans ses relations. Elle est appréciable et évolue bien au fil de l’histoire. Naïm est constant du début à la fin. Finalement, je laisse une réserve sur lui. Les parents de Liah remplissent leur rôle et on oublie pas d’accorder une importance à leur prérogative. C’est presque dommage que Manon soit dans le coma. Pour les personnages secondaires (je pense à Reuben, Val, Zach etc.), chacun a un rôle, à voir pour un perso dans le tome suivant. Sans spoiler c’est difficile xD !

J’ai aimé, l’univers, distillé au fil des chapitres avec les intitulés particulièrement bien trouvés. L’histoire, complexe comme il le faut, ni trop peu ni trop compliquée, avec des personnages attachants, énervants ou drôles (sisi j’estime que Jean-Kevin c’est un perso, et un perso drôle !), une plume fluide. Ouvrage rassasiant donc forcément, j’apprécie !
J’ai moins aimé, la répétition de « cela » qui reste impersonnel et je reste sur la réserve concernant l’évolution de Naïm. C’est un tome 1, donc évidemment, je me doute que le perso évoluera après. De ce fait, c’est plus mitigé que pas aimé.
Un dernier mot ? Résisteriez-vous à l’extracteur de souvenirs ?
La suite est sur ma page : https://www.facebook.com/maritzajaillet/posts/4362679350456408

profile-pic
Mondolini

Un thriller captivant

Un authentique thriller pas aussi futuriste qu'il en a l'air: l'exclusion sociale, la manipulation de masse ou encore l'intelligence artificielle, déjà à nos portes, y sont brillamment traitées dans une fiction "cyberpunk" (j'avoue avoir découvert le terme avec ce livre) haletante à l'intrigue bien ficelée et aux personnages somme toute très humains, c'est-à-dire plein de doutes, d'espoirs et de contradictions. On baigne dans un univers paradoxal qui nous fait traverser toute une palette d'émotions contradictoires. Action, technologie et réflexions sur l'avenir de l'humanité se conjuguent habilement sans jamais tomber dans la facilité du manichéisme. Un premier tome très prometteur...

profile-pic
Aurélia

Un super roman de SF

J'ai passé un très bon moment de lecture avec Onyx.
J'ai été transportée dans cet univers futuriste, et pourtant tellement actuel.
Sealeha explore avec succès un futur possible et peu enviable, celui dans lequel les pauvres et les malades sont exclus, et où les autres échappent à cette triste réalité en se plongeant dans l'oracle.
Des thèmes qui me parlent, m'émeuvent. Les personnages sont attachants et bien construits, la mise en page et la couverture justes magnifiques.

Booktrailer

Découvrez

Onyx

Syne solutions

Dans un monde cyberpunk dominé par des corporations toutes puissantes, Onyx mêle enquête et actions dans un thriller futuriste au rythme haletant.

A la croisée des chemins entre Virtual Revolution 2046, Altered Carbon et le jeu Cyberpunk 2077, ce premier tome vous entraîne à la suite d’une héroïne prête à tout pour sauver sa famille.

Si vous aimez les personnages tourmentés, les ambiances sombres et les univers dystopiques où la révolte gronde, alors la série Brigades du Réveil est faite pour vous !

Personnages

Les personnages

  • Liah, jeune biochimiste, a été élevée avec la doctrine du pouvoir en place, jusqu'à en épouser les préceptes. Quand l'impensable la touche dans sa chair, ses certitudes volent en éclat. Qui a tort ? Qui a raison ? Et surtout : à qui se fier ?
  • Naïm serre les dents et les poings ; il ronge son frein en attendant de voir un jour, peut-être, ses idéaux prendre vie et sa lutte se terminer. Tiendra-t-il jusque-là ? Ses principes moraux résisteront-il aux épreuves qu'il devra traverser ? La frontière entre le bien et le mal est parfois si floue !
  • Xav jongle entre son besoin de protéger sa fille et son devoir de meneur d'une cellule des Brigades du Réveil. Quand ces deux responsabilités s'avèrent incompatibles, quel choix opérer ?

L'histoire

  • Dans un contexte de lutte sociale, deux personnages que tout oppose devront apprendre à oeuvrer ensemble.
  • Cinq corporations gouvernent la ville de Montélac, chacune d'elle gérant l'une des branches de la vie des citoyens. L'intrigue d'Onyx nous plonge au coeur de Syne Solutions, la corporation dédiée à la santé et à la nourriture.
  • Entre sécurité et morale, que choisir ? Quel héritage léguer à ses descendants et au monde ?
  • Dans une société où les implants cybernétiques et les modifications corporelles sont la norme, où se place le curseur ? Quelles limites au transhumanisme ?

Chapitre 01

Aperçu

Faites défiler le texte pour découvrir le premier chapitre d'Onyx... Et voir si l'aventure vous appelle !

Faites défiler pour lire

CHAPITRE 1

Joyeuses fêtes de l'Alliance

Liah lissa sa jupe et contempla son reflet dans le miroir de l’ascenseur. Sa mère ne manquerait pas de commenter ses traits tirés et son teint pâle, qui contrastait d’autant plus avec ses longs cheveux bruns. Flûte, elle aurait dû se maquiller un peu, au moins pour faire ressortir ses yeux noisette, insuffler un peu de vie à son visage. Elle adressa un rictus maladroit à son double : non, il en faudrait bien plus pour se montrer convaincante.

Afin de détourner leur attention de sa mine fatiguée, elle avait choisi ses habits avec le plus grand soin ; c’était jour de fête après tout. Impossible de recourir aux artifices d’un avatar, ses parents ne les voyaient pas, ne portant pas d’I.N.I. Elle avait donc dû faire avec les moyens du bord. Si seulement ils ne se montraient pas réfractaires aux Implants Neurologiques Intelligents ! Liah avait toujours considéré que leurs vies, comme la sienne, auraient été plus faciles sans ce refus borné.

Un soubresaut secoua la cabine et une voix métallique résonna dans sa tête :

« Quinzième étage. Bonne journée, Madame Castello ».

Les portes s’ouvrirent en grinçant sur des murs bétonnés et fissurés, faiblement éclairés par une lumière vacillante. Une forte odeur d’urine l’assaillit. Liah plissa le nez et s’avança. Assis dans un liquide jaunâtre, un mince filet de bave aux coins des lèvres, un homme, la quarantaine passée, semblait contempler le plafond. Ses yeux vides et la lueur bleue discrète qui les habitait ne laissaient aucun doute : l’Oracle happait son esprit. À en juger par les spasmes qui parcouraient son corps, il devait prendre part à un combat sans merci, ou bien…

Elle le dévisagea un peu mieux.

… ou bien à une orgie quelconque. Elle grimaça. Du pied, elle poussa les jambes de l’individu qui lui barraient le passage.

— Beurk, gros dégoûtant, t’aurais pu te traîner jusque chez toi pour faire ça !

L’homme ne réagit pas, visiblement trop occupé.

Elle le contourna, s’enfonça au fond du couloir et appuya sur le bouton de l’intercom en souriant à la caméra. De l’autre côté de la paroi, les voix de ses parents bourdonnèrent. Quelques secondes plus tard, la porte s’effaça dans le mur dans un chuintement mécanique.

— Ma petite puce ! Entre, on t’attendait.

Liah serra sa mère dans ses bras. Comme à chaque fois, son parfum la rasséréna : un sentiment de plénitude l’envahit. Elle se détendit.

— Joyeuses fêtes de l’Alliance, maman !

Son père se tenait juste derrière, sa sempiternelle sucette à la bouche :

— Joyeuses fêtes de l’Alliance, Liah.

— Toi aussi, papa, dit-elle en l’embrassant à son tour.

Elle leur tendit un paquet enrubanné du vert de Syne Solutions.

— C’est un des coffrets qu’on a sortis pour les festivités. Pour vous ! C’est moi qui ai conçu la composition du « velouté aux fruits d’hiver ». J’avoue que j’en suis bien satisfaite, je trouve le goût excellent, vous me direz ce que vous en pensez !

— Oh, ma chérie, il ne fallait pas ! Ça a dû te coûter une petite fortune en plus !

Elle leva les yeux au ciel.

— Tu sais bien qu’ils font des prix pour les employés. Et puis il faut bien marquer le coup !

Elle se défit de son manteau et jeta un regard alentour. Ses parents avaient décoré la pièce aux couleurs de l’Alliance. Des guirlandes tressées bleues, rouges, jaunes, vertes et violettes, accrochées aux murs, scintillaient dans la lumière du plafonnier. Ils avaient dressé le couvert pour quatre, conformément à la coutume qui voulait qu’on prévoie de quoi accueillir quiconque s’inviterait lors de ce jour spécial. Au centre, un énorme pain de l’Alliance attendait les convives et égayait la table de ses pépites colorées.

Les notes de musique qui s’élevaient du bracelet de son père, posé sur le comptoir de la cuisine, ramenèrent Liah quelques années en arrière. Elle soupira d’aise. Tout y était : les chansons de l’Alliance, les ornements, et même cette odeur qui flottait dans l’air…

Était-ce ?

— Mmmh, ça sent bon !

— C’est une surprise. On sait que tu travailles dur, on voulait te préparer une soirée agréable, digne de ce nom !

Joignant le geste à la parole, son père se dirigea vers le fond de la pièce. À son retour, il portait un plat argenté. Liah écarquilla les yeux à la vue de son contenu. Cette texture ne pouvait définitivement pas provenir d’une imprimante ! Un regard en coin lui confirma que celle de ses parents restait bien éteinte. Elle ne put retenir un hoquet de surprise.

— Mais c’est… un vrai poulet ?

— Tadaaa ! Spécialement pour toi, ma chérie ! Et de vraies courges !

Elle avait du mal à le croire. Que c’était appétissant !

En levant la tête, sa vision buta sur un hologramme coloré du symbole de l’Alliance des cinq, qui cherchait, en vain, à camoufler une lézarde sur la cloison. Son euphorie du moment s’éteignit.

— Qu’y a-t-il, Liah, ça ne te fait pas plaisir ?

— Oh, si, bien sûr, c’est formidable !

— On s’est dit que si tu voulais continuer à formuler de chouettes petits plats, il fallait bien que tu te rappelles à quoi ressemble la vraie nourriture, de temps en temps !

Piquée, Liah se retint de réagir trop fortement. Dans sa tête, une voix synthétique l’avertit que son stress augmentait et lui demandait l’autorisation de délivrer une dose d’hormones apaisantes. Liah bloqua provisoirement le processus. Ce n’était pas le moment de devenir groggy.

— Mais c’est de la vraie nourriture qu’on fabrique, nous aussi, rétorqua-t-elle, le plus calmement possible. On y met tous les minéraux et vitamines nécessaires au bon fonctionnement du corps.

— Ce n’est pas ce que je voulais dire, bien sûr. Tu comprends notre intention, n’est-ce pas ?

— Oui.

Ses parents l’invitèrent à s’asseoir et Liah obéit machinalement. Comment leur faire entendre raison ?

— Évidemment, ça me fait très plaisir, tout ça, reprit-elle. C’est chouette de pouvoir retrouver des sensations et des ambiances de fête, comme chaque année. En revanche, j’avoue que je m’inquiète.

— Pourquoi ?

Liah se racla la gorge. Gâcher la soirée restait la dernière chose qu’elle voulait. Pourtant, il fallait bien qu’elle leur dise…

— Je pense simplement qu’un poulet, un vrai, ça coûte cher, sans compter les courges en plus. Ce n’était pas nécessaire, je n’ai plus douze ans ; inutile de dépenser des sous en cadeaux comme ça. Ce n’est pas la première fois que je vois de vrais fruits et légumes sur votre table, et je me demande si vraiment cette dépense s’avère nécessaire.

En face d’elle, sa mère prit un air triste qui lui serra le cœur. Son père, lui, fronça les sourcils.

— Ce n’est pas que ça ne me fait pas plaisir, encore une fois ! C’est mignon comme tout, vous êtes adorables ! Seulement, je sais où on en est. Je sais que depuis que vous… vous avez perdu votre travail, les économies ont fondu.

Leurs regards sévères la firent fléchir.

Eh mince ! Je vois bien que vous ne voulez pas l’entendre, pourtant, il faudra bien !

— Ça fait maintenant plus de trois mois et vous n’avez rien trouvé. Je sais que vous êtes à deux doigts de ne plus pouvoir payer le loyer, ou encore les factures d’eau recyclée. Si vous ne faites pas attention, avant même de pouvoir retrouver du travail, vous serez jetés à la rue ! Et là, plus rien ne pourra vous sauver de l’Exclusion…

Elle ravala un soupir. Son regard dériva vers la fenêtre. La lumière rasante du soir achoppait sur les murs de l’enceinte, proche, bien trop proche, qui les séparait des Exclus. Comment ses parents pouvaient-ils fermer les yeux à ce point sur ce qui les attendait ?

Elle accepta une petite dose d’endorphine et se sentit un peu mieux.

— Bon, ce n’est pas le sujet du jour, n’est-ce pas ? Ne laissons pas ce poulet refroidir. Désolée, je ne voulais pas détruire l’ambiance, dit-elle devant l’air crispé de son père.

— Tu ne détruis rien, ma chérie, reprit sa mère. Arrête de t’en faire et relaxe-toi, détends-toi.

Elle adressa un regard éloquent à son mari qui ne renchérit pas, puis posa une main sur son cœur. Liah et son père l’imitèrent.

— Louée soit l’Alliance des Cinq qui par le biais du Conclave nous guide. Syne Solutions nous nourrit et nous soigne. Apex Corp nous procure abri et énergie. Ghostech nous augmente grâce à ses technologies. MédiaStorm nous instruit et nous informe. Et le Red Shield nous protège. Puissent ces cinq corporations continuer de faire prospérer Montélac.

Liah déplia sa serviette sur ses genoux, pendant que ses parents déposaient une cuisse juteuse dans son assiette. Le parfum qui lui chatouillait les narines la fit saliver.

Ce qui est fait est fait, pas vrai ? Autant en profiter…

La nourriture, la bonne, constituait son point faible. Les saveurs raffinées des mets de qualité la faisaient fondre à chaque fois. Ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait goûter de tels plats, mieux valait en tirer parti et oublier, l’espace d’un instant, ses inquiétudes.

— Bon appétit !

Ces mots sitôt prononcés, elle s’empara de ses couverts. Avec cérémonie, elle détacha un bout de chair à l’aide de son couteau. La viande se séparait facilement. Elle dégusta sa première bouchée. Aussitôt, la différence la frappa ; cette fermeté, ces arômes… Ses paupières se fermèrent. Les sucs se diffusèrent sur ses papilles. Il fallait bien avouer que le coût en valait la peine ! Elle prit tout son temps pour mastiquer, afin de savourer au mieux le goût.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, sa mère la dévisageait, extatique. Elle se mit à rire.

— Ch’est vraiment délichieux !

Après tout, la situation pouvait s’arranger. Si tout se passait comme prévu, bientôt elle pourrait même payer leurs factures. Pour l’heure, autant profiter des festivités avec ses parents.

La suite du repas se déroula dans la bonne humeur. Liah dégusta le pain de l’Alliance, moelleux et frais, sans arrière-pensée. Les conversations, joyeuses et insouciantes, la revigoraient. Rien de tel que des fêtes pour remettre du baume au cœur.

Après ce festin, elle se sentait mieux qu’elle ne l’avait été depuis bien longtemps. Le vin qui accompagnait le repas, synthétique, lui, chauffait ses joues.

— Oh, j’ai failli oublier, ma petite puce. Je vais au quartier de La Plaine, demain. Tu viens avec moi, cette année ?

— Maman, je suis désolée, je ne peux pas. J’ai du boulot.

Son visage s’assombrit.

— Pourtant, demain c’est férié ! Les fêtes durent trois jours !

— Je sais bien… Cela dit, je ne peux pas me permettre de me faire porter pâle en ce moment.

— Tu travailles trop, grogna son père.

— Tu ne comprends pas, c’est que j’ai une bonne nouvelle !

Ils la regardaient, attendant la suite. Elle sourit, radieuse.

— Ça y est. Ils m’ont annoncé que j’étais sur la liste. Nous ne sommes que deux en plus. Celui qui parviendra à se rendre le plus indispensable se verra offrir le poste de responsable de la recherche au secteur nutrition.

Elle contempla leurs visages. Pourtant, ils restaient impassibles.

— Euh, c’est une excellente nouvelle, pour info, hein…

— Liah…

Aïe. Quand ils l’appelaient par son prénom, ce n’était jamais bon signe.

— Tu vas devoir travailler encore plus… Tu as déjà l’air si fatiguée. Tu es sûre que c’est ce que tu veux ?

— Tu sais que si je me débrouille bien, je pourrai obtenir ma mutation dans le secteur santé. Collaborer avec le professeur Allard, peut-être même devenir son assistante. Tu imagines ce que ça représente pour moi, non ?

— Mais à quel prix ? Tu y laisses tout ton temps, chérie, tu passes littéralement à côté de ta vie.

Une nouvelle diffusion d’hormones ne suffit pas à calmer Liah. La mâchoire crispée, elle se retenait de leur lancer quelques jurons. Tous ses efforts ne valaient-ils rien, pour eux ? Ne pouvaient-ils pas se contenter de la féliciter ?

— Réfléchis bien, Liah. Tu n’es pas obligée de te noyer dans le travail, il y a d’autres horizons. Tu as le choix. Certains vivent aussi bien sans se mettre toute cette pression.

Elle explosa :

— Le choix ? Franchement, je me demande ce qu’il faut pour vous ouvrir les yeux. Réveillez-vous !

Son père esquissa un sourire. Elle ne se laisserait pas amadouer de cette façon.

— Je n’ai pas envie de plaisanter, papa ! Les autres horizons, ils résident là, juste de l’autre côté du mur ! Maman, demain je n’irai pas distribuer des colis aux Exclus avec toi, pour la bonne et simple raison que je vais faire en sorte que vous n’en deveniez pas ! Ni vous ni moi ! Il est hors de question que je ne fasse pas ce qu’il faut ! Si tu préfères jouer les bons samaritains avec ces gens-là plutôt que de trouver une solution pour ne pas les rejoindre, libre à toi. Je ne me laisserai pas faire, moi ! Bon sang, ça ne t’a pas suffi de perdre ton job, justement pour ces… imbécillités, là ? Au lieu de penser aux autres, pense un peu à nous !

— Ça suffit, Liah ! Tu n’as aucun droit de nous parler sur ce ton ! Jusqu’à preuve du contraire, nous sommes toujours tes parents, pas l’inverse ! T’alerter sur les dérives que tu prends reste de notre devoir !

Les dérives ? Alors, là, c’est le pompon.

Comment son père pouvait-il se montrer aussi aveugle à son propre sort et lui donner des leçons ?

— En revanche, moi, je n’ai pas le droit de vous dire quand vous foncez droit dans le mur ?

— Calme-toi, ma puce…

— Non, maman, ça va, j’en ai assez entendu. Merci pour le repas. La prochaine fois, économisez-vous cette peine, ça vous gagnera bien deux mois de sursis avant de finir à la rue. Demain je commence tôt, il faut que je rentre.

— Liah !

Elle s’empara de son manteau et quitta les lieux, sans un regard en arrière et sans répondre aux supplications de sa mère qui lui demandait de rester. Les larmes lui montaient aux yeux.

Merde, à la fin !

Ils n’avaient aucune conscience du monde qui les entourait. Elle ne voyait pas d’autre explication. Comment était-ce possible de se montrer à ce point insouciant ?

Elle trébucha sur l’homme à moitié affalé dans le couloir et s’engouffra dans l’ascenseur. Une fois dehors, elle se cala contre le bâtiment, le temps de se reprendre.

Le vent soufflait fort, comme souvent en cette période de l’année. Peut-être allaient-ils encore avoir droit à une tornade, cette nuit. Elle releva son col pour se protéger de la poussière qui volait et s’éloigna en direction de son appartement.

Liah habitait en collocation avec un couple d’amies, dans un immeuble un peu plus distant de l’enceinte. Les milices chargées de veiller à ce que les tentatives d’intrusion des Exclus ne puissent se solder par une réussite y patrouillaient donc moins nombreuses, ce qu’elle appréciait.

Son I.N.I. lui indiqua que le prochain tramway arrivait dans moins de deux minutes. Elle accéléra. Le sas se refermait déjà au moment où elle se faufila à l’intérieur.

« Coût : cinq crédits. Vous avez quatre cent cinquante-trois crédits sur votre compte », l’informa son I.N.I. Les chiffres défilaient sous ses yeux. Elle quitta l’application aussitôt. Constater à quel point sa fin de mois promettait de se révéler délicate ne lui remontait pas le moral. Elle aurait certes pu économiser en marchant ; elle se sentait trop fatiguée, ce soir-là.

Évidemment, il ne restait plus de place assise. Liah se blottit du mieux qu’elle put, coincée entre la paroi du wagon et les fesses d’une sexagénaire bien portante.

Par la vitre, elle regarda le paysage défiler. La nuit transformait sa ville en un kaléidoscope de lumières. Les publicités animées, comme autant de flashs, agressaient ses yeux, tandis que des voix désincarnées l’interpellaient par son nom pour vanter les services d’un restaurant, d’une boîte de nuit ou d’un bar à immersion. La migraine menaçait. D’une pensée, elle mit le son en sourdine.

Le désastre de ce soir tournait en boucle dans son esprit. Mince. Elle l’avait fait, n’est-ce pas ? Elle avait gâché tous leurs efforts. Quelle égoïste elle faisait ! Demain, il faudrait qu’elle les recontacte pour s’excuser. Ce n’était pas leur faute, ils n’y pouvaient rien, ils étaient ainsi. Leur naïveté les rendait attachants, finalement. Elle leur conférait cette générosité exceptionnelle avec les démunis, à toujours vouloir s’impliquer dans les actions de charité.

S’ils ne voyaient pas le danger venir, il lui incombait, à elle, de les en protéger. Une bouffée de tendresse l’envahit.

Son I.N.I. l’avertit qu’elle arrivait à destination. Non sans difficulté, Liah se fraya un passage vers la sortie. Une grande rafale lui colla les cheveux devant les yeux. Nul besoin de consulter le service météo pour comprendre ce qui se préparait. La tête rentrée dans les épaules, elle se dépêcha d’atteindre son immeuble.

Le brouhaha qui émanait de son appartement ne laissait aucun doute : la fête battait son plein. Il était encore tôt, c’eût été illusoire que d’espérer qu’elle soit finie à cette heure.

« Bonsoir, Madame Castello » fit sa porte en se déverrouillant, ayant reconnu l’identifiant de son I.N.I.

À peine sur le seuil, une vague de chaleur lui frappa le visage. Les cris et les rires se mêlaient en une cacophonie à la limite de l’insupportable. Maëlle et Lucy avaient convié six de leurs amis ; autant dire que la pièce se trouvait bondée. La promiscuité n’était pas son fort…

— Liaaaaaaah !!

Lucy lui sauta au cou.

— Tu es déjà rentrée ? Oh oh… C’est quoi cette mine, ça ne s’est pas bien passé ? Allez, viens boire un coup avec nous, ça va te remonter le moral !

— Je ne sais pas, je pense que je vais plutôt me reposer…

— Allez, fais pas ta rabat-joie ! Ce sont les fêtes de l’Alliance, non ?

— Demain, je travaille tôt…

— Demain est un autre jour. Allez, viens, c’est un ordre !

Liah finit par se laisser entraîner par la main, adoptant un avatar aux couleurs de l’Alliance. Comment refuser sans passer pour une asociale ? Un sourire en préfabriqué plaqué sur la bouche, elle accepta le verre tendu et rejoignit les invités.

Vers deux heures du matin, elle s’autorisa à s’éclipser. L’heure lui semblait convenable. L’esprit encore étourdi par l’alcool, elle s’affala sur son lit. Elle convoqua l’image du professeur Allard. Son I.N.I. la gratifia d’une vidéo en 3D, sans le son. C’était celle de la conférence lors de laquelle il avait dévoilé sa découverte du traitement contre les Mains Noires. Il parlait en illustrant ses propos par de larges gestes, l’air sûr de lui et confiant.

Il peut se le permettre.

Voilà quelqu’un qui marquait son temps, qui apportait sa pierre à l’édifice. Tandis que sa mère se contentait de mettre des pansements sur les maux des gens, de faire de la charité, Liah, elle, aspirait à devenir une scientifique brillante et reconnue. Elle voulait changer le monde.

Une petite voix désagréable lui souffla que sa motivation se situait peut-être plutôt dans le confort et la sécurité. Atteindre ce poste lui permettrait de ne plus se soucier de savoir comment elle ou sa famille pourraient finir le mois. Et alors ? Elle pouvait très bien allier les deux.

Lasse de ce débat intérieur et persuadée qu’elle aurait du mal à trouver le sommeil, Liah activa le mode « Oracle ». Une sensation vertigineuse s’empara d’elle tandis qu’elle accédait au menu, son corps inexistant. Elle régla le dispositif sur trois, afin de ne pas se couper entièrement du monde extérieur.

Se changer les idées, enfin.

Comme souvent, elle choisit Bluerain, son jeu favori. Après tout, elle payait l’abonnement, autant le rentabiliser. Elle se transforma en dragon et s’envola explorer l’univers imaginaire de Maardalys.


Achetez le livre pour découvrir la suite !

Onyx Brigades du Réveil

Aventurez-vous dans les tréfonds de Montélac pour percer ses mystères !

Choisissez la boutique et le format que vous préférez.

Blogs littéraires

Ce qu'ils en disent

>